Parnasse

Interview

Rencontre avec Séverine Legrix de la Salle

Rencontre avec Séverine Legrix de la Salle

Directrice générale de Parnasse

Comment les nouvelles technologies ont elles changé votre façon de communiquer, de vivre ?

Je mesure au quotidien le privilège de vivre la révolution numérique. Parfois cela donne un peu le tournis, mais cela oblige à s’adapter, à plus d’agilité et à ne jamais se reposer sur ses acquis dans tous les métiers, tous les secteurs. C’est enthousiasmant, c’est une chance inouïe de le voir en une vie.

Au quotidien, ces bouleversements me permettent d’être plus rapide, et j’aime ce rythme : la rapidité dans la prise de décisions car tous les paramètres sont disponibles, la rapidité dans l’exécution, dans les lancements, dans les projets. On peut se tromper et corriger très vite, on peut aussi réussir très vite, le monde des possibles est ouvert. Regardez le nombre de start-up qui se créent tous les jours !

Et c’est aussi un monde de libre accès : on peut écrire, rentrer en contact avec n’importe qui sur la planète. A condition d’y prendre les formes bien sûr, mais cela lève tellement de barrières, c’est formidable.

En quoi les outils du numérique vous permettent-ils de gérer votre temps au quotidien ?

Le temps est devenu élastique, et nous avons enfin le don d’ubiquité. La téléportation existe déjà !

Je peux faire plein de choses en même temps et de partout, me brancher sur une conférence téléphonique en faisant ma gym, consulter mes dossiers stockés sur le cloud en attendant un rendez-vous chez le dentiste, être près de mes équipes lorsque je suis loin, être disponible pour mes clients tout en me promenant dans un parc.

Et cela donne de la qualité au temps, à nous de le moduler. D’éviter d’en perdre et d’en faire perdre grâce à l’agenda partagé, supprimer du temps inutile grâce aux billets de train ou d’avion embarqués sur mobile, tester des nouveaux services de livraison à domicile proposés par des artisans formidables (LesNouveauxFromagers, TousPrimeurs…), et réserver du temps de qualité lorsque c’est important : lors des réunions importantes, je débranche tout, et demande que l’on débranche tout, j’aime le « eye contact » !

Pour ma famille et mes amis… je ne suis pas très Skype, FaceTime, je préfère le téléphone et la sensibilité des voix… elles en disent tellement plus que les écrans.

5 reflexes numériques de votre journée de travail type

Dire bonjour en vrai tous les matins… J’ai du mal à comprendre qu’on se limite à dire bonjour par tweet à la terre entière ! Ce qui ne m’empêche pas de consulter ma tablette tous les matins pour découvrir les informations de mon secteur, papillonner, un coup d’œil sur Facebook ou ma timeline Twitter, suivre les comptes Parnasse et mon réseau Linkedin, une petite veille sans objectif , une sorte de réveil de neurones en douceur.

Puis l’attaque des e-mails. Je ne lis jamais mes e-mails avant d’avoir d’abord pris le temps de rédiger et d’envoyer les trois ou quatre e-mails vraiment importants pour mes clients, mon équipe ou nos projets. Puis je lis ensuite le flux. C’est simple mais efficace pour avoir l’illusion d’être (un peu) maitre de ses e-mails.
Une fois que je quitte le bureau, j’essaye de déconnecter. C’est souvent la formidable newsletter du soir, TTSO (Time To Sign Off), qui me rappelle qu’il est temps de rentrer !

Tous les jours, écouter les soucis numériques qu’ont pu rencontrer les membres de Parnasse et les réponses que mon équipe de passionnés leur a apportées. La compétence, la disponibilité et la sensibilité des femmes et des hommes de Parnasse ne seront jamais remplacés par un écran. Face au stress numérique qui parfois nous submerge tous, ils sont toujours au rendez-vous.

Le vendredi, c’est merci ! Tous les vendredis, petit récapitulatif de ce qui s’est passé pendant la semaine et remercier, si ce n’est pas encore fait, par mail, tweet ou sms tous ceux qui nous ont aidés, stimulés ou accompagnés dans la réussite d’un projet.

Votre madeleine de Proust

Mon premier mobile, un gros objet pas très design, et je frimais en téléphonant en voiture (…), la fenêtre ouverte pour que tout le monde le voie ! C’était quand même infiniment plus pratique que l’éphémère Bebop, certes plus maniable mais qu’il fallait rapprocher d’un lampadaire décoré d’un autocollant bleu et vert pour qu’il capte un réseau. C’est fou ce que les gens parlaient aux lampadaires à cette époque…

L’innovation dont vous ne voyez pas l’utilité

Passé les premiers moments de torture test avec Siri, à tenter de découvrir sa capacité de réponses, parfois farfelues, j’avoue que je ne lui trouve pas une grande utilité. Peut-être parce que la synthèse vocale n’est pas une innovation cruciale pour mes usages sur smartphone…

La technologie qui vous fait peur

Les progrès de la génétique alliées à l’exploitation des bases de données… beaucoup de fantasmes peut être, surement des progrès à la clé, mais sommes-nous collectivement prêts aux mutations que cela engendrera ?

L’innovation de vos rêves

Plus que d’une innovation pointue, je rêve de politesse, de civilité et de respect numérique. Et je suis confiante, cela viendra avec le temps, quand nous aurons dépassé le temps du « tout beau tout neuf » et que le numérique sera présent chez tous, au cœur de notre quotidien.

Ce que la technologie ne pourra jamais remplacer dans votre travail au quotidien

Se parler ! Je lutte au quotidien pour que l'on se lève et que l’on aille vers le bureau du voisin pour partager les succès, poser des questions, donner son opinion… et que l’on s’explique de vive voix si quelque chose coince. Halte aux e-mails acrimonieux avec la terre entière en copie !

Portrait digital

6 questions pour tout connaitre des habitudes numériques de notre invité
1
Si vous étiez un gourou du webUne femme à la croisée du monde numérique et du luxe, Angela Arhendts.
2
Si vous étiez un objet connecté / numériqueLe « It Bag » connecté, je sais que les grandes marques de luxe planchent sur le sujet...
3
Si vous étiez une appliMon jeu du moment, le casse-tête poétique Monument Valley suggéré par le président des Etats-Unis, enfin Frank Underwood (Kevin Spacey - House of Cards).
4
Si vous étiez un site internetUn site de crowdfunding, un lieu pour concrétiser des idées grâce à la mise en relation de créateurs avec des investisseurs : Kickstarter, KissKissBankBank, Ulule…
5
Si vous étiez un réseau socialUn réseau qui repose sur une passion comme The ArtStack, le réseau social dédié à l’art.
6
Si vous étiez un hashtag#simplicité : dans une société où tout va toujours plus vite, où nous sommes sans cesse sollicités, on a tous besoin d’aller à l’essentiel, d’avoir des solutions rapides et efficaces. La simplicité est devenue une condition pour améliorer notre quotidien. C’est ce que je m’efforce d’atteindre dans ma vie de tous les jours, mais aussi d’insuffler à mes collaborateurs et de garantir à mes clients.


twitter icon linkedin icon

Interview

Interview de Séverine Legrix de la Salle

Conférence Hub La Poste

Lire la suite

Reportage

Parnasse invite ses Membres

à l’inauguration de leur salon particulier

Lire la suite

Reportage

L’adresse gourmet à San Francisco

Recommandée par Parnasse

Lire la suite

Reportage

Le temps retrouvé

L’actualité nous replonge dans...

Lire la suite

Reportage

L’adresse gourmet à Amsterdam recommandée par Parnasse

Un restaurant étoilé avec une vue imprenable...

Lire la suite


Suivez Parnasse sur :

twitter linkedin